Clergé

  • Clergé

    • Archiprêtre Nicolas Rehbinder
      Recteur

      Archiprêtre Nicolas Rehbinder

      Recteur

       

      Conformément à la résolution de sa Sainteté le Patriarche de Moscou Cyrille du 19 mai 2014, il est reçu dans le diocèse de Chersonèse et devient le recteur de la paroisse des Trois-Saints-Docteurs. Le 5 avril 2015, sa Sainteté le Patriarche de Moscou Cyrille lui octroie par oukase le droit de porter la mitre.

      L’archiprêtre Nicolas est né le 23 janvier 1947 à Biarritz dans la famille de l’archiprêtre Alexandre Rehbinder, recteur de l’église orthodoxe russe de cette ville. En 1961 la famille s’installe à Asnières (92) sur invitation de Monseigneur Méthode, évêque vicaire de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe Occidentale (Patriarcat de Constantinople), recteur de l’église du Saint-Sauveur à Asnières. Après des études secondaires à Biarritz et Asnières, il entreprend des études scientifiques à l’Université Paris VI où il obtient la maitrise de Géologie en 1974 et fait une carrière de Géophysicien dans l’industrie pétrolière et parapétrolière qu’il mène de front avec sa carrière ecclésiastique. En 1975 il épouse Sophie Lopoukhine (décédée en 2017) avec laquelle il a six enfants. En 1966 il intègre la chorale de l’église Saint-Serge à Paris (19 ème ) placée sous la direction de Nicolas Ossorguine. Il participe aux offices de cette paroisse ainsi qu’aux nombreux concerts spirituels organisés par son chef de chœur. Il est tonsuré lecteur 1968 par l’évêque Méthode. En 1970 il devient chef de chœur à l’église Saints-Constantin-et-Hélène à Clamart (92) et en 1976, il est appelé à diriger la chorale dans la paroisse francophone de le Sainte-Trinité, crypte de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski, rue Daru, Paris (8 ème ). Il est ordonné diacre le 21 mars 1982 en la cathédrale par l’archevêque Georges d’Eudociade et est incardiné la même année en la paroisse de la Présentation-de-la-Vierge-au-Temple à Paris (15 ème ). Il s’inscrit alors aux cours de Théologie par correspondance à l’Institut Saint-Serge.
      Il est ordonné prêtre dans la même cathédrale le 27 mars 1983 et seconde le père Igor Vernik, recteur de la paroisse. Avec lui, il fonde en 1984 l’église Saint-Jean-le-Théologien à Issy les Moulineaux, aujourd’hui sise à Meudon (92) et y célèbre. Sur demande du père Igor, il revient en 1992 à l’église de la Présentation-de-la-Vierge-au-Temple à Paris dont il devient le recteur en 1995. Parallèlement, il dessert de 1986 à 2001, la paroisse de la Résurrection à Belfort (90) où il entreprend et dirige la construction d’une nouvelle église en remplacement de la première, installée dans un garage. Il dessert pendant l’année 2007, puis épisodiquement, la paroisse Saint-Alexandre-Nevski à Pau (64). En 2013, il est appelé par Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse, à rejoindre la paroisse des Trois-Saints-Docteurs du Patriarcat de Moscou et reçoit de l’archevêque dirigeant l’Archevêché des Eglises Russes en Europe Occidentale un congé canonique adéquat en 2014. Conformément à la résolution de sa Sainteté le Patriarche de Moscou Cyrille du 19 mai 2014, il est reçu dans le diocèse de Chersonèse et devient le recteur de la paroisse des Trois-Saints-Docteurs. Le 5 avril 2015, sa Sainteté le Patriarche de Moscou Cyrille lui octroie par oukase le droit de porter la mitre.
      En novembre 2019 il participe aux festivités de la réunion de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe Occidentale au Patriarcat de Moscou en tant que membre de la délégation de l’Archevêché.

    • Nicolas Nikichine
      Prêtre

      Nicolas Nikichine

      Prêtre

       

      Le père Nicolas Nikichine est membre du clergé de l’église des Trois-Saints-Docteurs à Paris et responsable du service diocésain des pèlerinages. Il est également responsable de la paroisse orthodoxe Sainte-Hélène à Paris et Saint-Nicolas à Saint-Nicolas-de-Port

      Il est né le 12 décembre 1951 à Arzamas. De 1969 à 1974 il étudie à l’université Lomonossov de Moscou dans la section « mathématiques ». De 1974 à 1976 il poursuit ses études de mathématiques à l’université d’Etat de Moscou (MGU). De 1979 à 1988 il étudie à l’Institut de Théologie Saint-Serge de Paris. De 1989 à 1991 il étudie à l’Institut des Civilisations et des Langues Orientales de Paris et à la faculté de mathématiques. En 1991 il est diplômé en sciences pédagogiques. Le 7 avril il est ordonné diacre. Le 26 octobre 2003 il est ordonné prêtre. En 2012 il reçoit le droit de porter la croix pectorale. Durant son sacerdoce, le père Nicolas a fondé et desservi des communautés à Strasbourg, Arras, Marseille, Nancy, Grenoble, Contrexéville, Saint-Nicolas-de-Port et celle en l’honneur de l’impératrice Hélène-Egale-aux-Apôtres à Paris. Le père Nicolas a pris une part active à la renaissance des célébrations dans les lieux saints d’avant le schisme : auprès des reliques de Sainte-Hélène-égale-aux-apôtres (Paris), auprès du voile de la Toute Sainte Mère de Dieu (Chartres), auprès des reliques de saint Nicolas (St-Nicolas-de-Port), auprès du chef de saint Jean-le-Précurseur (Amiens), auprès de la tunique inconsutile du Sauveur (Argenteuil). Il est décoré de l’ordre de Saint Serge-de-Radonège du deuxième degré et de deux chartes patriarcales. Depuis 2009 il est responsable de la paroisse Saint-Nicolas à St-Nicolas-de-Port.

      .

    • Georges Egorov
      Prêtre

      Georges Egorov

      Prêtre

       

      Le père Georges Egorov est membre du clergé de l’église cathédrale des Trois-Saints-Docteurs à Paris. Il est également étudiant à l’Université Paris I. Il a été ordonné prêtre par l’archevêque Innocent de Chersonèse le 4 novembre 2008. Conformément à une recommandation de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France le père Georges Egorov (paroisse des Trois Saints Docteurs, Paris) a été nommé le 15 février 2017 par le Ministre de la défense de la France aumônier militaire orthodoxe. Il est rattaché à l’état-major de la Légion étrangère à Aubagne.

      Il est né le 7 novembre 1976 à Saint-Pétersbourg. En 1999 il termine ses études au séminaire théologique de Saint-Pétersbourg. En 2001 il termine la faculté d’histoire de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg. En 2004 il obtient l’équivalent du Master B de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur le thème : « Histoire contemporaine des pays étrangers et des relations internationales ». En 2009 il est licencié de l’Institut de Théologie Saint-Serge de Paris. En 2013 il obtient son doctorat d’histoire avec sa thèse soutenue à l’Université Panthéon-Sorbonne sur le thème : « Relations entre l’Eglise russe et l’Eglise russe-Hors-Frontières entre 1917 et 1931 ». En 1998 il est tonsuré lecteur par l’évêque Constantin de Tikhvine (actuellement métropolite de Petrozavodsk). Le 10 juin 2006 il est ordonné diacre (célibataire) par l’archevêque Innocent de Chersonèse (actuellement métropolite de Vilnius et de la Lithuanie). Du 15 septembre 2008 à janvier 2019 il est responsable de la chancellerie du diocèse de Chersonèse. Le 4 novembre 2008 il est ordonné prêtre par l’archevêque Innocent. Le 15 février 2017, par arrêté du Ministre français de la Défense il est confirmé comme aumônier militaire orthodoxe. Le 7 octobre 2017 il est confirmé comme recteur de la paroisse de la Nativité de Saint-Jean-la Précurseur à Perpignan.

    • Mark Andronikof
      Diacre

      Mark Andronikof

      Diacre

       

      Membre du clergé de l’église des Trois-Saints-Docteurs à Paris.

    • Nicolas Ozoline
      Prêtre; en ce moment, à la retraite

      Nicolas Ozoline

      Prêtre; en ce moment, à la retraite

       

      En ce moment, à la retraite.

      Le père Nicolas Ozoline est né en 1942 à Brunswick en Allemagne où sa famille était venue s’installer après avoir quitté la Russie après la révolution et la débâcle de l’Armée Blanche en 1920. Ayant terminé ses études secondaires à Paris, il devient en 1959 étudiant à l’Institut de Théologie Orthodoxe St Serge de Paris et s’inscrit aux cours de peinture d’icônes de Léonid Ouspensky. Jusqu’à la mort de celui-ci en 1987, il sera son disciple et proche collaborateur. En 1960, Léonid Ouspensky l’envoie suivre l’enseignement du professeur André Grabar à la Sorbonne. André Grabar, lui-même élève de N.P. Kondakov et de D.V. Aïnalov, enseignait en France les méthodes de la célèbre « école iconographique russe ». En 1964, après avoir présenté un mémoire sur « La place de l’image dans l’économie du salut », Nicolas Ozoline obtient à l’Institut St Serge le diplôme de « maîtrise en théologie ». En août 1966, il se marie avec Elisabeth P. Kalouzhnaya peintre d’icônes déjà confirmée, qui travaille à cette époque également dans l’atelier d’Ouspensky. Trois enfants naîtront de ce mariage – Nicolas, Anastasia et Alexis. La même année, trois mois plus tard, le métropolite Antoine (Bloom) de Souroge l’ordonne diacre en l’église des Trois-Saints-Hiérarques à Paris. En 1968, l’archevêque Basile (Krivochéïne) l’ordonne prêtre et le nomme recteur de la paroisse russe orthodoxe de La Haye en Hollande où il apprend rapidement la langue du pays et l’introduit comme langue liturgique dans sa paroisse. La même année, le père Nicolas obtient le poste d’assistant à l’Université d’état de Leyde et étudie plus particulièrement l’art paléochrétien et l’art chrétien de la Nubie (Faras, Abdalla-Nirqui, etc.). En 1971 le métropolite Antoine (Bloom) Exarque de l’Église Russe en Europe Occidentale, le rappelle à Paris pour lui confier le poste de secrétaire de l’Exarchat. En 1974, les pères Alexandre Schmemann et Jean Meyendorff invitent le père Nicolas à enseigner « l’art liturgique orthodoxe » au séminaire orthodoxe St Vladimir à New York. En 1985, le père Nicolas soutient à la Sorbonne sa thèse de doctorat sur « L’iconographie byzantine de la Pentecôte » (traduit et publié, entre temps, en russe (2001), roumain (2002), serbe (2007) et grec (2010)). En 1986, le père Nicolas devient pour six ans (jusqu’au décès du père Jean Meyendorff) « visiting professor » à St Vladimir de New York. La même année, il est élu professeur de la nouvelle chaire « d’iconologie orthodoxe » à l’Institut St Serge. Peu après, il y assume également l’enseignement de la théologie pastorale et de l’homélétique. Depuis leur premier pèlerinage en Russie en été 1968, le père Nicolas et matouchka Elisabeth ont maintes fois visité la Russie, surtout Moscou, St Pétersbourg et, plus récemment, Petrozavodsk où leur fils Nicolas, devenu prêtre, a été recteur du Pogost de Kiji, pendant dix-huit ans. Entre 1992 et 2002, le père Nicolas était « visiting professor » à la faculté des arts liturgiques de l’Institut St Tikhon de Moscou où il a contribué à élaborer le programme et la méthode d’une iconologie qui explore les dimensions iconiques de la triadologie, l’anthropologie, la pneumatologie et de l’ecclésiologie orthodoxes. En 1998, les éditions « Anastasia » de Bucarest publient un recueil de douze études iconologiques intitulé « Visage de Dieu, visage de l’homme » en roumain. A partir de cette année, le père Nicolas commence à se rendre régulièrement en Roumanie pour des conférences surtout à l’Académie des Beaux-Arts et à la Faculté de Théologie Orthodoxe de Cluj-Napoca, mais aussi à Alba Julia, Iasi et d’autres villes roumaines. C’est aussi en Roumanie que le père Nicolas a été honoré deux fois par le doctorat honoris causa. D’abord en juin 2006, à Cluj-Napoca par l’Académie des Beaux-Arts de Transylvanie et puis tout récemment en mai 2012 par la faculté de théologie orthodoxe de l’Université Ovidius de la ville de Constantsa – l’antique Tomis – sur la mer Noire. Par ailleurs, le père Nicolas a été de 1982 à 2018 producteur artistique de l’émission « Orthodoxie » de la télévision d’état, France 2, où il a produit environ 450 émissions dominicales de trente minutes sur l’Église Orthodoxe en France et ailleurs dans le monde (Turquie, Grèce, Russie, Roumanie, Belgique, Suisse, etc.). En 1994, lors de la conférence internationale des écoles théologiques orthodoxes à Bucarest, le père Nicolas est décoré de la croix pectorale patriarcale de l’Église Roumaine par Sa Béatitude le Patriarche Théoctiste pour son action auprès des étudiants roumains de l’Institut St Serge. En 2004, par ordonnance du président de la République Française, le père Nicolas fut nommé chevalier de « l’ordre national du mérite » pour l’ensemble de son action scientifique et pédagogique et en 2005 chevalier de « l’ordre des arts et des lettres » pour son œuvre artistique à la télévision française. Pendant le grand carême de 2008, le père Nicolas a été élevé à la dignité de mitrophore à l’occasion de ses quarante années de sacerdoce par Monseigneur l’Archevêque Gabriel de Comane (exarque du patriarche de Constantinople). De 2012 à 2014 il a été doyen de l’Institut de Théologie Saint-Serge à Paris.